L’EMPEREUR HAILE SELASSI Ier AVAIT DES RELATIONS SPECIALES AVEC LA FRANCE

Son éducation de base lui avait été prodiguée par les missionnaires Capucins français de Harar.

Durant sa jeune carrière politique, c’est Mgr. Jarosseau, le supérieur de l’ordre des Capucins en Ethiopie, qui fut officieusement son confesseur attitré.
Bien que l’Empereur parlât un petit peu l’anglais, c’est le français qui demeurait sa langue étangère de prédilection.
D’ailleurs le français a été, jusqu’en 1935, la lingua franca de l’élite Ethiopienne.

Ce n’est qu’après 1941, avec l’ascendance d’abord britannique, puis américaine, dans le domaine des affaires étrangères éthiopiennes, que l’anglais supplanta le français.
Malgré tout, les Français ont continué à avoir une influence stratégique dans l’économie de l’ethiopie grâce au chemin de fer reliant Djibouti à Addis-Abeba qui atteignit la capitale Ethiopienne en 1917 (quelque vingt ans après le début des travaux), élevant ainsi le port français de Djibouti au rang de premier débouché de l’Ethiopie pendant la plus grande partie du vingtième siècle.

RASTA

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *