Partage des eaux du Nil : l’Égypte et l’Éthiopie trouvent un accord

vendredi 06 mars 2015 17:20

PARJEUNE AFRIQUE

Increase font sizeDecrease font siz | Email|Print
Barrage Renaissance AFP

L’Éthiopie veut capitaliser sur son potentiel hydroélectrique, estimé à 40 000 mégawatts, pour devenir le premier exportateur d’électricité en Afrique. © AFP

Le Soudan, l’Égypte et l’Éthiopie ont annoncé avoir trouvé un accord de principe sur le partage des eaux du Nil, une étape importante dans le règlement des tensions diplomatiques qui opposent ces trois pays depuis 2013.Les ministres des Affaires étrangères du Soudan, de l’Égypte et de l’Éthiopie sont parvenus à trouver un accord de principe sur le partage des eaux du Nil et le projet de construction du barrage de la Renaissance, a annoncé le vendredi 6 mars à Khartoum, le chef de la diplomatie soudanaise Ali Karti.

Cet accord, qui doit encore être soumis à l’approbation des chefs d’États des pays concernés, doit mettre un terme au conflit qui oppose ces trois nations au sujet des ambitions hydroélectriques de l’Éthiopie.

Le différend diplomatique débute en mai 2013, lorsque Addis Abeba a commencé, dans le cadre de la construction du barrage Grand Renaissance, à détourner les eaux du Nil bleu. Ce cours d’eau rejoint le Nil blanc à Khartoum pour former le Nil qui traverse le Soudan et l’Égypte avant de se jeter dans la Méditerranée.

Incidence

Si l’Éthiopie a soutenu à plusieurs reprises que le projet n’aurait pas d’incidence sur l’écoulement des eaux en aval vers le Soudan et l’Égypte, cette dernière craint une diminution de sa part de l’eau du fleuve qui aurait des conséquences désastreuses sur son secteur agricole, en particulier.

Si les détails de cet accord n’ont pas été rendus publics, il devrait permettre, selon les négociateurs, d’aborder une « nouvelle phase dans les relations » entre les trois pays.

Puissance

À son inauguration, prévue après 2017, le barrage Grand Renaissance sera le plus puissant d’Afrique, avec une puissance estimée à 6 000 mégawatts. Long de 1 780 mètres et haut de 145 mètres, son coût est estimé selon les autorités éthiopiennes à 4,2 milliards de dollars.

>>>> Lire aussiRéussite : Reportage au barrage de la Renaissance 

(Avec l’AFP)

Leave a Reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *